Nouveau : création de sommaires Harkis et Commission - 2024-02-22 : 494 dossiers présentés ce jour en commission réparation - Expertises des sites - Participations prix

Le relogement des familles : l'exemple de la cité des Mimosas à Cannes

Sources des Archives de France

Les Archives de France répertorient des ressources historiques accessibles à tous ceux qui le souhaitent.
Vous trouverez des documents répertoriés à la suite de l’arrivée en France de plusieurs milliers d’anciens supplétifs et de leurs familles après la guerre d’Algérie.

La Commission propose ici des documents sur le relogement de 25 familles venues du camp du Larzac à Ongles, à la Cité des Mimosas à Cannes.

Le relogement des familles : l'exemple de la cité des Mimosas à Cannes

En septembre 1962, 25 familles venues du camp du Larzac arrivent à Ongles (Alpes-de-Haute-Provence) pour travailler dans le hameau de forestage nouvellement créé. En 1964, l’Office national des Forêts met fin à l’expérience : les anciens supplétifs doivent quitter les lieux.

Grâce à Yves Durand, ancien chef de la Section administrative spécialisée (SAS) de Thiers qui les a ramenés d’Algérie et installés à Ongles, la ville de Cannes accepte de les accueillir et de les intégrer dans le personnel municipal ouvrier.

Ne disposant plus de locaux disponibles, elle décide d’acquérir une propriété appartenant à un particulier, située sur la commune du Cannet pour y construire des logements d’urgence et demande au préfet des Alpes-Maritimes de déclarer l’opération d’utilité publique.
[illustration 1], ce qu’il fait par un arrêté du 20 juillet de la même année [illustration 2].

Illustration 1, p. 1 : délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 13 janvier 1964, acquisition d’un terrain, quartier de Ranguin, en vue de la construction de logements d’urgence (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 1, p. 1 : délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 13 janvier 1964, acquisition d’un terrain, quartier de Ranguin, en vue de la construction de logements d’urgence (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 1, p. 2 : délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 13 janvier 1964, acquisition d’un terrain, quartier de Ranguin, en vue de la construction de logements d’urgence (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 1, p. 2 : délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 13 janvier 1964, acquisition d’un terrain, quartier de Ranguin, en vue de la construction de logements d’urgence (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 2, p. 1 : préfecture des Alpes-Maritimes, arrêté portant déclaration d’utilité publique, 20 juillet 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 2, p. 1 : préfecture des Alpes-Maritimes, arrêté portant déclaration d’utilité publique, 20 juillet 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 2, p. 2 : préfecture des Alpes-Maritimes, arrêté portant déclaration d’utilité publique, 20 juillet 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 2, p. 2 : préfecture des Alpes-Maritimes, arrêté portant déclaration d’utilité publique, 20 juillet 1964 (Archives de Cannes, 22W238)

Par une convention signée avec le ministère des Rapatriés, Cannes s’engage à construire sur ce terrain isolé, d’une superficie de 18 000 m² [illustration 3], 40 logements destinés à des « ex-supplétifs musulmans reclassés sur le plan professionnel dans le département » et à les mettre à disposition avant le 1er janvier 1965 pour une période de 5 ans [illustrations 4 à 6].

Illustration 3 : cité des Mimosas à Cannes, plan de situation [1965] (Archives de Cannes, 235W1)
Illustration 3 : cité des Mimosas à Cannes, plan de situation [1965] (Archives de Cannes, 235W1)
Illustration 4 : cité des Mimosas à Cannes, convention signée entre le ministère des Rapatriés et le député-maire de Cannes, 25 mai 1964 (Archives de Cannes, 235W1)
Illustration 4 : cité des Mimosas à Cannes, convention signée entre le ministère des Rapatriés et le député-maire de Cannes, 25 mai 1964 (Archives de Cannes, 235W1)
Illustration 5 : cité des Mimosas à Cannes, convention signée entre le ministère des Rapatriés et le député-maire de Cannes, 25 mai 1964 (Archives de Cannes, 235W1)
Illustration 5 : cité des Mimosas à Cannes, convention signée entre le ministère des Rapatriés et le député-maire de Cannes, 25 mai 1964 (Archives de Cannes, 235W1)
Illustration 6 : cité des Mimosas à Cannes, convention signée entre le ministère des Rapatriés et le député-maire de Cannes, 25 mai 1964 (Archives de Cannes, 235W1)
Illustration 6 : cité des Mimosas à Cannes, convention signée entre le ministère des Rapatriés et le député-maire de Cannes, 25 mai 1964 (Archives de Cannes, 235W1)

Le conseil municipal décide ensuite la rénovation d’un bâtiment déjà existant, une ferme, pour y loger six familles supplémentaires.
[illustrations 7 et 18]

Illustration 7, p. 1 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 9 décembre 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 7, p. 1 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 9 décembre 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 7, p. 2 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 9 décembre 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 7, p. 2 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 9 décembre 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 18 : logements « Harkis » cité des Mimosas, situation implantation, 9 février 1965 (Archives de Cannes, 34Fi1920)
Illustration 18 : logements « Harkis » cité des Mimosas, situation implantation, 9 février 1965 (Archives de Cannes, 34Fi1920)

Le coût de l’opération, d’un montant total de 900 000 francs (environ 1 300 000 euros) est cofinancé par :

  • la commune pour 100 000 francs ;
  • le ministère des Rapatriés pour 400 000 francs ;
  • un prêt de 400 000 francs souscrit auprès de la Caisse des Dépôts et des Consignations, dont le remboursement est étalé sur 20 ans.

[illustrations 8 à 12]

Illustration 8, p. 1 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 8, p. 1 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 8, p. 2 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 8, p. 2 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 9 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 9 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustrations 10, p. 1 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustrations 10, p. 1 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustrations 10, p. 2 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustrations 10, p. 2 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustrations 11, p. 1 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustrations 11, p. 1 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustrations 11, p. 2 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustrations 11, p. 2 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustrations 12 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustrations 12 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)

La construction des logements, en préfabriqué, est confiée à une société landaise :

d’une superficie de 57 m2, puis d’environ 53 m2 au final, chaque logement est constitué de quatre pièces principales (salle de séjour et chambres), d’une cuisine, d’une salle d’eau équipée d’une douche et de toilettes.
[illustrations 13 et 14]

Illustration 13, p. 1 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 13, p. 1 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 13, p. 2 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 13, p. 2 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 19 juin 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 14 : cité des Mimosas à cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 7 mai 1965  (Archives de Cannes, 235W1)
Illustration 14 : cité des Mimosas à cannes, délibérations du conseil municipal, séance du 7 mai 1965  (Archives de Cannes, 235W1)

Dans l’ancienne ferme, sont aménagés une salle de jeu pour les enfants ainsi que des logements de 2, 3 et 4 pièces disposant d’une cuisine, d’une salle de bains et d’une cave.
[illustration 15]

Illustration 15 : ville de Cannes, remise en état et réaménagement d’un bâtiment existant dit "Ferme de Gourdeloure", cahier de prescriptions spéciales, 5 mars 1965 (Archives de Cannes, 208W10)
Illustration 15 : ville de Cannes, remise en état et réaménagement d’un bâtiment existant dit "Ferme de Gourdeloure", cahier de prescriptions spéciales, 5 mars 1965 (Archives de Cannes, 208W10)

Le chantier, entamé en décembre 1964, est presque achevé en mai 1965 [illustration 14], la plomberie restant à installer.
[illustration 16]

Illustration 16, p. 1 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 28 juin 1965 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 16, p. 1 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 28 juin 1965 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 16, p. 2 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 28 juin 1965 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 16, p. 2 : accueil des Harkis à Cannes, délibérations du conseil municipal, séance extraordinaire du 28 juin 1965 (Archives de Cannes, 22W238)

Désignés par le préfet sur proposition de la Commission départementale de reclassement, les occupants de la nouvelle cité des Mimosas signent un bail de location avec la municipalité et règlent, en partie grâce à une allocation logement de 70 francs [illustration 17], un loyer mensuel fixé à 140 francs1 (environ 206 euros), calculé pour couvrir sur 15 ans les intérêts de la dette et l’entretien des bâtiments [illustration 17].

Illustration 17, p. 1 : implantation d’un village harki, 5 mai 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 17, p. 1 : implantation d’un village harki, 5 mai 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 17, p. 2 : implantation d’un village harki, 5 mai 1964 (Archives de Cannes, 22W238)
Illustration 17, p. 2 : implantation d’un village harki, 5 mai 1964 (Archives de Cannes, 22W238)

Comme les hameaux de forestage, la cité est administrée par un "chef de village", un ancien adjudant, et une monitrice d’action sociale.

La rapide amélioration des conditions de vie des anciens supplétifs permet aux enfants de partir en vacances et à leurs parents de s’équiper de réfrigérateurs, de machines à laver et, pour certains, de postes de télévision
[illustration 19]

Illustration 19 : extrait du Provençal du 14 octobre 1965
Illustration 19 : extrait du Provençal du 14 octobre 1965 (Archives de Cannes, 28W10)

En savoir plus sur le service interministériel des Archives de France

Le Service interministériel des Archives de France (Ministère de la Culture) définit, coordonne et évalue l'action de l'État en matière d’archives (à l'exception de celles relevant des ministères des Armées, et de l'Europe et des Affaires étrangères), dans un réseau de près de 800 services d’archives publiques (Archives nationales, départementales, communales et régionales), en matière de collecte, de tri, de classement, de description, de conservation, de communication, de diffusion et de mise en valeur.

Portail France Archives sur les Harkis

Le portail interministériel FranceArchives offre un accès fédéré aux métadonnées archivistiques de près de 150 institutions tout en les valorisant, notamment grâce à des guides numériques de sources comme celui sur les Harkis.