Nouveau : création de sommaires Harkis et Commission - 2024-02-22 : 494 dossiers présentés ce jour en commission réparation - Expertises des sites - Participations prix

Sources écrites de la Direction de la mémoire, de la culture et des archives

Références de la Direction de la mémoire, de la culture et des archives et Chemins de mémoire

La Direction de la mémoire, de la culture et des archives (DMCA) et Chemins de mémoire (CDM) mettent à disposition des ressources historiques. Vous trouverez des documents et les actions qui sont menées à propos et en mémoire des Harkis. 

Articles historiques

Les harkis, de l’Algérie à la France

Par Abderahmen Mounen – Historien, Chargé de mission à l'ONaCVG - Histoire et mémoires de la guerre d'Algérie, Chercheur associé (TELEMME, Université d’Aix-en-Provence), Membre du Conseil scientifique du Mémorial du camp de Rivesaltes

Résumé

Supplétifs de l’armée française en Algérie, les harkis vivent douloureusement la fin de la guerre d’indépendance, entre représailles et déracinement. Marginalisés socialement et économiquement, porteurs d’une mémoire longtemps occultée, les Français musulmans rapatriés et leurs descendants aspirent à être mieux reconnus. 

Lire l’article sur Chemins de mémoire

La guerre d’Algérie des harkis

Par François-Xavier Hautreux - Docteur en histoire 

Résumé

Au sens strict, les harkis étaient des soldats supplétifs recrutés par l’armée française dans les campagnes algériennes, entre 1955 et 1962. Ces hommes sont en quelque sorte les héritiers des soldats indigènes qui, dès 1831, participèrent, aux côtés des unités métropolitaines à la conquête du territoire, puis au maintien de l’ordre colonial. Un article rend compte de cette histoire complexe.

Lire l’article sur Chemins de mémoire

Mémoire

Mémorial national de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie

Près de la Tour Eiffel, le long du quai Jacques-Chirac, trois colonnes lumineuses aux couleurs du drapeau français se dressent face à la Seine. Elles forment le Mémorial national de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.  Ce monument rend hommage aux 23 000 morts pour la France, soldats et supplétifs tombés en Afrique du Nord entre 1952 et 1964. 

Pour en savoir plus 

Haut lieu de la mémoire nationale 

Carte des lieux de mémoire et centres d’accueil pour Harkis et rapatriés d’Algérie

Après les accords d’Evian, ce sont environ 40 000 harkis qui gagnent la métropole par leurs propres moyens ou avec l’aide d’officiers français. Les réfugiés sont d’abord hébergés dans des camps aménagés à la hâte, mais inadaptés à un séjour prolongé. D’autres sont envoyés dans des hameaux de forestage. Une carte permet de recenser un certain nombre de ces lieux de mémoire sur le territoire métropolitain. 

Découvrir et télécharger la carte 

Objet et symbole

Mohamed Mestar est un ancien harki. Engagé comme adjoint à l’office des sections administratives spécialisées (SAS), il se voit alors remettre un sac militaire qu’il va conserver pendant des années. Au mois de novembre 1962, il rejoint le port d’Oran dans des camions bâchés, avec sa femme et ses sept enfants, dont une fillette de trois mois, afin d’embarquer pour la métropole. Découvrez son histoire à travers la rubrique « un objet, des ressources ! ». 

Pour en savoir plus 

Sac de paquetage de Mohamed Mestar

Un timbre en l’honneur aux Harkis

Un timbre rendant « hommage aux Harkis, soldats de la France ». Son édition et sa large diffusion témoignent d’une reconnaissance de leur statut et de leur rôle militaire, en faisant également écho aux manifestations organisées par les anciens supplétifs réfugiés en France, après 1962, pour attirer l’attention de l’État français sur leurs difficiles conditions de vie.

Pour en savoir plus

Timbre hommage

Ressources supplémentaires

Une page dédiée renvoie vers les ressources de nos partenaires 

Pour en savoir plus 

Rendez-vous sur la page ressources de Chemins de Mémoire

En savoir plus sur la Direction de la mémoire, de la culture et des archives (DMCA)

La Direction de la mémoire, de la culture et des archives (DMCA) du ministère des armées élabore et met en œuvre la politique d’ensemble du ministère en matière de mémoire, de culture ainsi qu’en matière d’archives de la défense et de bibliothèques.

Elle pilote également le soutien à l’enseignement de défense et fédère les initiatives en la matière, travaillant pour cela en partenariat étroit avec l’Éducation nationale et l’Enseignement agricole, ainsi que de très nombreux acteurs ministériels (DGRIS, EMA, Armées, SSA, SHD, ONAC-VG, ECPAD, etc.) et associatifs.