Nouveau : création de sommaires Harkis et Commission - 2024-02-22 : 494 dossiers présentés ce jour en commission réparation - Expertises des sites - Participations prix

Découvrez nos contributeurs

Retrouvez ci-dessous les contributeurs qui nous accompagnent et nous permettent d'enrichir ce site au profit de tous :

  • Archives de France : le service interministériel (SIAF)
  • Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • Centre de documentation historique sur l'Algérie (CDHA)
  • Direction générale de l’enseignement scolaire (DGSco), [éDUSCOL]
  • Direction de la mémoire, de la culture et des archives (DMCA)
  • Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD)
  • Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie (FM-GACMT)
  • Institut national de l’audiovisuel (INA)
  • La Bande Sonore (LBS)
  • Magnum Photo Pro
  • Mairie de Jouques, camp du Logis d'Anne
  • Maison d’histoire et de mémoire d’Ongles (MHeMO)
  • Mémorial du camp de Rivesaltes (MCR)
  • Musée national de l'histoire de l'immigration (MNHI)
  • Office national des combattants et des victimes de guerre (ONaCVG)
  • Office national des forêts (ONF)
  • Région Sud, Provence-Alpes-Côte d’Azur
  • Service historique de la Défense (SHD)

Archives de France : le service interministériel (SIAF)

« Le service interministériel des Archives de France (SIAF) est un des services composant la direction générale des patrimoines et de l'architecture (avec les musées, le patrimoine et l’architecture). Son organisation est fixée par l’article 3 de l’arrêté du 31 décembre 2020 relatif aux missions et à l'organisation de la direction générale des patrimoines. Il définit, coordonne et évalue l'action de l'État en matière d’archives, à l'exception de celles relevant du ministère des Armées et du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères qui disposent d’une autonomie dans ce domaine. Son action s’inscrit dans le cadre stratégique défini par le comité interministériel aux archives de France (CIAF). Elle s’appuie sur les avis et l’expertise du conseil supérieur des archives (CSA).

Ainsi, il définit, coordonne et évalue l'action de l'État en matière de collecte, de conservation, de communication et de mise en valeur des archives publiques à des fins administratives, civiques, scientifiques et culturelles. Il exerce sa tutelle sur les trois services à compétence des archives nationales. Il coordonne et évalue l’action de près de 800 services publics d’archives (dont notamment les services départementaux d’archives) sur toute la chaîne archivistique (collecte, tri, classement, description, conservation, communication, diffusion et mise en valeur).

Il leur fournit son expertise au moyen notamment de journées d’études, de réunions nationales et interrégionales et de cycles de formation. Son action est soutenue, en région, par les directions régionales des affaires culturelles (DRAC).

Il exerce, en liaison avec l’inspection générale des patrimoines, un contrôle scientifique et technique sur les archives publiques encore aux mains de leurs producteurs (services et établissements publics de l'État et autres personnes morales de droit public, organismes de droit privé chargés de la gestion d'un service public ou d'une mission de service public, officiers publics ou ministériels, collectivités territoriales et leurs établissements publics et à leurs groupements).

Il concourt à la sauvegarde des archives privées qui présentent un intérêt pour l’histoire, en faisant classer certains fonds comme trésors nationaux, en subventionnant l’acquisition de documents par des services d’archives publics et en contrôlant les sorties temporaires ou définitives du territoire dans le cadre des dispositions relatives à la circulation des biens culturels.

Le portail FranceArchives, porté par le SIAF en partenariat avec le ministère des Armées et le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, offre un accès fédéré aux métadonnées archivistiques de près de 150 institutions tout en les valorisant, notamment grâce à des guides numériques de sources comme celui sur les Harkis. »

Allez sur le site de France Archives...

Bibliothèque nationale de France

« La Bibliothèque nationale de France (BnF) met à disposition de tous les internautes plusieurs millions de documents numérisés (des livres, des journaux, des revues, des images, des enregistrements sonores, des cartes, des manuscrits et des vidéos) sur le site BnF Gallica.

Des parcours thématiques ainsi que des articles de blog facilitent la navigation des « gallicanautes » (utilisateurs de Gallica) au sein de ces vastes collections. »

Cliquez pour aller sur le site de la BNF

Centre de documentation historique sur l'Algérie

« Le Centre de documentation historique sur l'Algérie (CDHA) a été créé en 1974 pour répondre aux demandes, pour la plupart de rapatriés d'Algérie, d'assurer la conservation de documents en leur possession. Rassemblant des ouvrages précieux pour fonder et sauvegarder la mémoire de cette période d'histoire de l'Algérie Française, il permet ainsi de consulter des livres et des documents relatifs à l’histoire de l'Algérie jusqu’en 1962.

Il comprend au sein du Conservatoire national de la mémoire des Français d'Afrique du Nord, un centre de recherches sur l’Afrique du nord qui propose 15 000 ouvrages, des milliers de périodiques et des milliers d'images et des outils mis à disposition des chercheurs et notamment un catalogue en ligne rapide et ergonomique.

Il édite chaque trimestre un numéro de Mémoire Vive. Dans la longue tradition de production de dossiers thématiques, ils s’attachent à proposer des articles de qualité sur l'histoire de l'Algérie, le mode de vie Pied-Noir et les évolutions mémorielles de cette période historique. »

Cliquez pour aller sur le site du CDHA

Direction générale de l’enseignement scolaire

« Au sein du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGSco) coordonne la mise en œuvre et l’application des politiques éducatives à l’échelle nationale.

À cet effet, son site « éduscol » vise à informer et accompagner les professionnels de l’éducation, en publiant notamment des actualités disciplinaires et des ressources d’accompagnement des programmes. »

 Cliquez pour aller sur le site de la DGSco...

Direction de la mémoire, de la culture et des archives

« La Direction de la mémoire, de la culture et des archives (DMCA) du ministère des armées élabore et met en œuvre la politique d’ensemble du ministère en matière de mémoire, de culture ainsi qu’en matière d’archives de la défense et de bibliothèques.

Elle pilote également le soutien à l’enseignement de défense et fédère les initiatives en la matière, travaillant pour cela en partenariat étroit avec l’Éducation nationale et l’Enseignement agricole, ainsi que de très nombreux acteurs ministériels (DGRIS, EMA, Armées, SSA, SHD, ONAC-VG, ECPAD, etc.) et associatifs. »

 Cliquez pour aller sur le site de la DMCA...

Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense

« L’établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD) conserve au fort d’Ivry-sur-Seine de nombreux reportages photographiques et des films qui sont répartis majoritairement dans deux fonds :

  1. Le fonds de la section d’Alger du Service cinématographique des armées, (SCA, ancêtre de l’ECPAD), qui fonctionna jusqu’au milieu des années 1960.
  2. Le fonds de photographies provenant des archives du journal BLED qui était distribué aux appelés servant en Algérie, de 1956 à 1962.

D’autres fonds moins volumineux issus de dons de particuliers ou d’acquisitions méritent d’être signalés, même s’ils sont beaucoup moins riches sur l’histoire des supplétifs.

Les images relatives aux Harkis sont ainsi présentes dans 104 films (productions et épreuves de tournage) et 183 reportages photographiques représentant environ 6300 images.

La description détaillée de ces fonds, disponibles en consultation à l’ECPAD ou en partie sur le site internet ImagesDéfense, peut être consultée sous ce lien :

Les sources sonores et audio-visuelles relatives aux Harkis (FranceArchives) »

Cliquer pour visiter le site de l'ECPAD...

Fondation pour la Mémoire de la guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie

« Instituée en 2005, la Fondation pour la Mémoire de la guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie (FM-GACMT) a pour objet d’expliquer ces événements et d’en transmettre la mémoire.

Cliquez pour découvrir le but et les orientations générales de la Fondation

Cliquez pour joindre la Fondation

Cliquez pour visualiser la vidéo d’accueil © FMGACMT/ Triangulaire »

Cliquez pour visiter le site

Institut national de l’audiovisuel

« L’Institut national de l’audiovisuel (INA), modèle d’entreprise publique unique au monde, est un média riche de décennies de mémoire télé, radio et web.

Fort de plus d’un milliard de vidéos vues par an, l’INA archive, préserve, numérise et diffuse vers tous les publics l’une des plus vastes bibliothèques audiovisuelles au monde. Dans un contexte de mutation rapide, l’INA participe à la réinvention de l’écosystème audiovisuel et numérique en déployant une expertise singulière qui fait de lui un média distinctif, ancré dans le temps long et la mémoire, soucieux de transmettre les savoirs et les savoir-faire dont il est le dépositaire.

Fier de s'associer à la création du site harkis.gouv.fr, l’INA contribue à ce projet essentiel grâce à une riche sélection d’images et de sons emblématiques. Il propose également, sur son site www.ina.fr une collection d’entretiens patrimoniaux rassemblant 66 témoignages d’hommes et de femmes qui ont vécu la guerre d’Algérie (1954-1962) :

« En guerre(s) pour l’Algérie »

Cliquer pour visiter le site de l'INA...

Mairie de Jouques, camp du Logis d'Anne, logo
Mairie de Jouques, camp du Logis d'Anne, logo

L'histoire des Harkis - commune de Jouques

Après l'Indépendance de l'Algérie en 1962, les premières familles d'anciens harkis s'installent au Logis d'Anne en juillet 1963 sur un terrain alors propriété de l'EDF, situé sur la commune de Jouques, au bord de la RN96.

Rachetée par la SONACOTRA, la cité accueillera environ 120 familles, soit 350 personnes qui seront réparties entre la cité du Forestage, la cité Phénix, la cité du plateau et la cité EDF.

Le Logis d'Anne était un hameau de forestage des Bouches-du-Rhône. Les femmes restaient sur place et s'occupaient de leurs enfants, les hommes travaillaient à l'Office national des forêts.

Mais, d'années en années, les habitats, souvent des préfabriqués, se sont dégradés. Les familles ont protesté et alerté sur leur situation.

Des projets de réhabilitation ou de rénovation sont proposés, mais aboutissent finalement à la   décision de la résorption et la fermeture officielle du Logis d'Anne le 30 juin 1994, les dernières familles quittent le site en 1998 pour se réinstaller essentiellement sur les communes de Peyrolles et de Jouques.

Un mémorial national des Harkis (schéma de Cherif Lounès, architecte Arounthone Phimphavong) est édifié à l'entrée de l'ancien camp et inauguré le 29 décembre 2012 en hommage aux familles.

En 2019, la Commune acquiert le terrain. En 2022, un projet de valorisation mémorielle du site est en cours de réflexion. Ce sera le fruit d'un travail de concertation et de partenariat entre les services de l'État dont la Sous-Préfecture d'Aix-en-Provence, la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM 13), l'Office National des anciens Combattants et des Victimes de Guerre (ONaCVG), la commune de Jouques, le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône et les différentes associations harkis.

Hôtel de Ville JOUQUES
BP 37 - 13490 JOUQUES
Téléphone : 04 42 63 79 50

Bandeau d'accueil du site La Bande Sonore

La Bande Sonore

« L’association La Bande Sonore, dans la Drôme, créée à Die en 2012, propose des enquêtes, des créations documentaires, des œuvres multimédia et des balades sonores. Elle explore plus particulièrement des problématiques de son territoire et de territoires voisins.

Caroline Fontana est auteure de documentaires radiophoniques. Elle a une approche ethnographique. Elle a déjà abordé la question migratoire et la guerre d’Algérie à travers différents projets.


Le documentaire sur le hameau de forestage de Beaurières, proposé sur le site harkis.gouv.fr, avait pour objectif de mettre au jour la mémoire des Harkis qui ont vécu à Beaurières, dont peu de gens connaissent aujourd’hui l’existence.

Contact :
Adresse : Association La Bande sonore - ESCDD Place de l’Evêché - 26150 Die
Courriel : contact@labandesonore.fr

Cliquez pour visiter le site de La Bande sonore et découvrir d'autres reportages...»

Mémorial du Camp de Rivesaltes

« Inauguré en octobre 2015, le Mémorial du Camp de Rivesaltes est construit au milieu des vestiges des baraquements, témoins du destin de plus de 60 000 personnes.

Cette marque dans l’espace en fait un lieu unique, qui rend compte des traumatismes du second vingtième siècle : la guerre d’Espagne, la Seconde Guerre mondiale et les guerres de décolonisation.

Entre septembre 1962 et décembre 1964, plus de 22 000 anciens supplétifs d'Algérie et leurs familles transitent par ce « Centre d’accueil des Français de souche nord-africaine » dans des conditions particulièrement difficiles, avant d'être orientés vers des hameaux de forestage ou des centres industriels du nord de la France. »

Cliquez pour visiter le site du MCR...

Cliquer pour leur écrire...

Maison d’Histoire et de Mémoire d’Ongles

« La Maison d’Histoire et de Mémoire d’Ongles (MHeMO), située dans le département des Alpes de Haute-Provence, non loin de Forcalquier, consiste, dans une aile du château du village, sur une surface d’environ 200 m² répartie sur trois niveaux, en une exposition permanente évoquant un pan douloureux de l’histoire nationale : le sort des supplétifs de l’armée française en Algérie à l’occasion de l’accession de ce pays à l’indépendance en 1962, et l’arrivée à Ongles d’un groupe de vingt-cinq familles mené par le lieutenant Yvan Durand.

Celui-ci s’était engagé auprès de ses hommes, au lendemain des accords d’Évian, à les conduire en sécurité, et avait dû pour cela démissionner de l’armée afin d’échapper aux sanctions auxquelles il s’exposait.

Outre cette exposition permanente, dans nos murs, nous faisons visiter l’exposition mobile de l’Office national des combattants et des victimes de guerre (ONaCVG) intitulée Parcours de Harkis et de leurs familles, ainsi que le site du « hameau de forestage » où ont vécu les familles conduites à Ongles par Yvan Durand et où fonctionna après leur départ un Centre éducatif et de préformation professionnelle recevant des adolescents issus de ce milieu profondément traumatisé par l’exil.

L’association créée pour animer ce lieu au nom de la commune mène une triple action :

  1. Elle s’efforce d’attirer les visites du « grand public », celles-ci étant les plus nombreuses sur une période s’étendant de la mi-mai à la mi-octobre ; la plupart de ces visites bénéficient d’une « médiation » de la part d’un universitaire ayant enseigné en Algérie au titre de la coopération et ayant consacré sa thèse de doctorat à l’histoire des collectivités territoriales d’Algérie.
    La MHeMO reçoit ainsi environ 700 visiteurs annuels.
  2. Elle propose aux enseignants d’Histoire-Géographie et de Lettres un programme pédagogique d’une journée, intitulé Une journée à la MHeMO, dont la matinée est consacrée à ce que fut le sort des supplétifs de l’armée française en Algérie après la signature des accords d’Évian, et l’après-midi à des témoignages directs sur les dramatiques évènements qui conduisirent à l’indépendance de ce pays.
    Nous recevons à ce titre un nombre équivalent de visites, soit environ 700.
  3. Elle organise chaque année, à une date la plus proche possible du 25 septembre, Journée nationale d’hommage aux Harkis, une journée d’étude conjuguant communications d’historiens, présentation de témoignages, et retrouvailles familiales autour d’un repas en plein air. Cette journée d’étude rassemble une moyenne d’une centaine de participants.

Nos actions bénéficient ainsi à environ 1.500 personnes annuellement.

La Maison d’Histoire et de Mémoire d’Ongles a été retenue par le Ministère de l’Éducation nationale au rang des institutions culturelles susceptibles de recevoir des visites scolaires dans le cadre du programme Passe Culture. »

Cliquez pour vous rendre sur le site de la MHeMO...

Musée national de l'histoire de l'immigration

« Le Musée national de l'histoire de l'immigration a pour mission de rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessible au plus grand nombre l’histoire de l’immigration, pour faire connaître et reconnaître son rôle dans la France d’hier et d’aujourd’hui.

Le musée propose une approche ample, du point de vue chronologique (de 1685 à nos jours), géographique (la France dans le monde) et thématique : les statuts, les migrations, la démographie, l’économie, la vie quotidienne, la culture, l’art, mais aussi le racisme, les discriminations, le rapport à l’esclavage et la colonisation. »

Cliquez pour aller sur le site du MNHI...

Office national des combattants et des victimes de guerre

« L’Office national des combattants et des victimes de guerre (ONaCVG) a trois missions principales :

  1. La reconnaissance et la réparation
  2. La solidarité
  3. La mémoire.

Il a pour objectif de préserver les intérêts matériels et moraux de ses ressortissants : anciens combattants, invalides et blessés de guerre, veuves de guerre, pupilles de la Nation, victimes de guerre, et plus récemment, d’actes de terrorisme.

Les harkis ainsi que leurs veuves sont ressortissants de l’ONaCVG qui gère aussi les aides dédiées à leurs enfants ainsi qu’à tous les rapatriés.

L’ONaCVG est également très actif dans la transmission de la mémoire de leurs engagements, de leurs sacrifices et de leurs souffrances à l’ensemble de nos concitoyens afin que les harkis et leurs proches intègrent pleinement la mémoire nationale. »

Cliquez pour vous rendre sur le site de l'ONaCVG...

ONF logo
ONF logo

L’Office national des forêts (ONF) EN QUELQUES MOTS

« Un établissement au service de l’État et des collectivités

De l’hexagone à l’Outre-mer, l’Office national des forêts assure la gestion de près de 11 millions d’hectares de forêts publiques appartenant à l’État et aux collectivités territoriales.

Des missions diverses pour une forêt gérée

Chaque jour, les forestiers veillent à l’entretien, au développement et au renouvellement des forêts et des espaces naturels pour les transmettre aux générations futures. Au cœur de ces actions, un principe : la forêt française est un espace aux ressources multiples, dont la gestion permet de concilier trois objectifs indissociables : répondre aux besoins de la société grâce à la production de bois, préserver la biodiversité et accueillir le public.

Des missions d’intérêt général

En plus des missions assignées au titre du régime forestier, l’État confie à l’ONF des missions d’intérêt général (MIG) nationales. Ces missions relèvent de trois ministères : Agriculture, Transition écologique, Outre-mer. Dans le cadre de ces MIG, l’État s’appuie sur l’expertise des équipes de l’Office pour des domaines d’action diversifiés : la prévention des risques naturels, les ressources génétiques forestières, la santé des forêts, RENECOFOR (Réseau National de suivi à long terme des ECOsystèmes FORestiers), la biodiversité et une mission spécifique à l’Outre-mer….

Des activités de travaux et d’études dans le domaine concurrentiel

Forts de leur expérience de gestionnaire des forêts publiques, l’ONF et ses filiales proposent également des prestations à destination des collectivités, des entreprises et des particuliers souhaitant valoriser leurs espaces naturels. Au cœur de ces actions situées à la croisée des enjeux économiques, écologiques et sociaux, l’ONF est un acteur incontournable au service du développement durable et de la transition énergétique.

Les fondamentaux de l’ONF

Placé sous la double tutelle du ministère chargé de l’agriculture et du ministère chargé de l’écologie, l’ONF est un Établissement à caractère industriel et commercial (EPIC) dont les statuts sont définis dans le code forestier.

Le régime forestier, socle juridique de la gouvernance de l’ONF

En application du code forestier et des politiques environnementales nationales et européennes, la gestion menée par l’ONF s’effectue dans un cadre législatif et règlementaire précis connu sous le nom de « Régime forestier ». Ce régime s’applique à la gestion des forêts domaniales et des forêts des collectivités. Il définit un certain nombre de règles visant à prendre en compte les différentes fonctions de la forêt : production de bois, préservation de la biodiversité et accueil du public tout en garantissant la gestion durable et le renouvellement et la pérennité du patrimoine forestier.

L’aménagement forestier, outil clé pour la gestion durable des forêts

L’aménagement constitue le document de planification sur lequel s’appuie la gestion forestière à l’échelle de chaque forêt publique. Document essentiel, il permet d’appliquer localement, sur une échelle de quinze ans, les enjeux associés aux différentes fonctions de la forêt et les traduit notamment en programmes de travaux forestiers et de récolte de bois.
Afin de tenir compte des réalités territoriales des forêts, il existe depuis 2016 des adaptations possibles : le règlement type de gestion (RTG) pour les forêts à faible enjeu dont la surface est inférieure à 25 hectares ; l’aménagement synthétique, adapté à des niveaux d’enjeux moindres concernant les quatre fonctions principales de la forêt (économique, écologique, sociétale et de protection). Cet outil est amené à évoluer pour tenir compte des effets induits par le changement climatique.

Chiffres clés :

  • 11 millions d’hectares de forêts publiques soit :
    • 4,6 millions d’ha en hexagone et 6,1 millions d’ha en Outre-mer
  • En hexagone
    • 1,7 million d’ha de forêts domaniales et 2,9 millions d’ha de forêts communales »

Cliquez pour vous rendre sur le site de l'ONF...

Photo du siège de l'ONF
Photo du siège de l'ONF @ ONF

Région Sud, Provence-Alpes-Côte d’Azur

« Par ses compétences et l’engagement politique de ses représentants, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur a souhaité être non seulement un maillon facilitateur et fédérateur mais aussi un contributeur essentiel pour faire reconnaître l’histoire de la communauté des harkis de Provence-Alpes-Côte d’Azur, au côté de l’État et des autres collectivités locales.

C’est ainsi que la Région s’est engagée dans un programme d’inventaire des sites de hameaux de forestage présents sur le territoire régional. Grâce à cette étude un état des lieux exhaustif et précis est disponible et peut être mis à contribution pour toute action de valorisation qui serait envisagée par les associations ou les collectivités.

A l’occasion des célébrations de l’année 2022, la Région a souhaité mettre l’accent sur le 60e anniversaire de l’exode et de l’arrivée en France métropolitaine des Pieds Noirs et des Harkis. L’exposition, résumé synthétique de l’étude d’inventaire et dont l’itinérance se prolonge en 2023, s’inscrit dans ce cadre commémoratif. »

Ce lien pointe vers le dossier de synthèse à l’échelle régionale sur le site Patrimages où les dossiers des hameaux sont consultables...

Ce deuxième lien permet d'accéder à l’ensemble des 33 dossiers individuels...

Cliquez ici pour accéder au portail de la Région Sud...

Service historique de la Défense

« Les archives conservées par le Service historique de la Défense (SHD) représentent la mémoire des armées et des organismes qui, depuis le XVIIIe siècle, ont été chargés de prévoir, d’organiser et de conduire la défense des intérêts de la France. D’une exceptionnelle richesse, ces fonds sont la source principale de l’histoire militaire française.

Depuis 1974, le SHD, par le biais de la division des témoignages oraux (DTO) assure la collecte de témoignages oraux (TO) d’hautes autorités, de personnels civils et militaires et d’anciens combattants. Aujourd’hui, ces archives orales rassemblent plus de 4 000 enregistrements retraçant un aspect des conflits contemporains.

Pour la guerre d’Algérie, plus de 1 250 témoignages, dont 125 de harkis ont été collectés dans le cadre d’un partenariat avec l’Office national des combattants (ONaCVG). Référencées dans les sous-séries GR5K et DE PB, ces archives orales constituent un fonds unique complété, tous les ans, par de nouveaux versements. »


Cliquez ici pour vous rendre sur le site du SHD...