Prochaine commission le 18 juillet - PV commission réparation du 20 juin - Françoise Dumas succède à Jean-Marie Bockel

La scolarisation des enfants des anciens supplétifs

Sources des Archives de France

Les Archives de France mettent à disposition des ressources historiques accessibles à tous ceux qui le souhaitent.
Vous trouverez des documents répertoriés à la suite de l’arrivée en France de plusieurs milliers d’anciens supplétifs et de leurs familles après la guerre d’Algérie.

La Commission propose ici des documents sur la scolarisation des enfants des anciens supplétifs.

La scolarisation des enfants des anciens supplétifs

La solution des classes mobiles

Outre le problème du reclassement des anciens supplétifs après leur arrivée en France, se pose également celui de la scolarisation de leurs enfants : avec l’exode des rapatriés d’Algérie, le ministère de l’Éducation nationale doit en effet faire face à une très forte augmentation des effectifs scolaires dans un pays déjà en plein baby-boom : pour pallier l’insuffisance des équipements, l’installation de classes en préfabriqué, « mobiles », s’avère nécessaire dans tout le territoire.

Dès l’été 1962, le ministère de l’Éducation nationale, prenant en compte l’arrivée massive des rapatriés d’Afrique du Nord [Illustrations 1, 2], décide l’ouverture de classes supplémentaires en étudiant notamment la construction des programmes immobiliers pour les réfugiés [Illustration 3]. L’installation de classes mobiles avant la construction de nouveaux bâtiments résout le problème de manière provisoire [Illustration 2], mais leur nombre reste insuffisant car il faut prévoir, avec la fermeture à venir des camps de transit et de reclassement, la scolarisation des enfants des anciens supplétifs dans les communes où ils s’établiront, secteurs industriels en demande de main d’œuvre ou hameaux de forestage [Illustrations 3, 4, 5]

Illustration 1 : télégramme du ministère de l’Éducation nationale demandant à ses services les statistiques des effectifs des élèves rapatriés, 6 septembre 1962 (Archives nationales, 1977074/1)
Illustration 1 : télégramme du ministère de l’Éducation nationale demandant à ses services les statistiques des effectifs des élèves rapatriés, 6 septembre 1962 (Archives nationales, 1977074/1)
Illustration 2 : note du ministère de l’Éducation nationale relative à l’arrivée des rapatriés d’Algérie, 1962 (Archives nationales, 1977074/1)
Illustration 2 : note du ministère de l’Éducation nationale relative à l’arrivée des rapatriés d’Algérie, 1962 (Archives nationales, 1977074/1)
Illustration 3 : attribution de classes supplémentaires dans l’enseignement élémentaire, rentrée 62-63. Exemple de la Marne, les colonnes 2 et 3 indiquent respectivement le nombre de classes attribuées et celui des classes supplémentaires proposées, 1962.
Illustration 3 : attribution de classes supplémentaires dans l’enseignement élémentaire, rentrée 62-63. Exemple de la Marne, les colonnes 2 et 3 indiquent respectivement le nombre de classes attribuées et celui des classes supplémentaires proposées, 1962.
Illustration 4 : projet de constructions de logements pour les Harkis, 1962-1963 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 4 : projet de constructions de logements pour les Harkis, 1962-1963 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 5 : lettre du ministère des Rapatriés au ministre de l’Éducation nationale relative aux classes mobiles pour la scolarisation des enfants de Harkis, 24 décembre 1963 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 5 : lettre du ministère des Rapatriés au ministre de l’Éducation nationale relative aux classes mobiles pour la scolarisation des enfants de Harkis, 24 décembre 1963 (Archives nationales, 1977074/3)

La situation est particulièrement problématique dans le sud de la France, où sont créés de nombreux hameaux de forestage.

Dans les Bouches-du-Rhône, malgré les demandes réitérées du ministère des Rapatriés, chargé des anciens supplétifs, et du préfet inspecteur général de l’administration en mission extraordinaire (IGAME) – qui alertent en juillet et août 1963 le ministère de l’Éducation nationale de l’ouverture prochaine des hameaux de forestage de Fuveau, Jouques et la Roque d’Anthéron –, l’attribution des dix classes mobiles estimées nécessaires par l’inspecteur de l’académie d’Aix n’a pas été effectuée à quelques jours de la rentrée scolaire, alors que les établissements scolaires voisins n’ont pas les capacités pour accueillir de nouveaux élèves, quand ils ne sont pas trop éloignés des lieux de résidence [Illustrations 6, 7]. 

Illustration 6 : lettre du ministère des Rapatriés au ministère de l’Éducation nationale relative à la scolarisation des enfants de Harkis réfugiés en France, 20 juillet 1963 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 6 : lettre du ministère des Rapatriés au ministère de l’Éducation nationale relative à la scolarisation des enfants de Harkis réfugiés en France, 20 juillet 1963 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 7 : lettre du préfet des Bouches-du-Rhône et IGAME de la Xe Région au ministère de l’Éducation nationale relative à la scolarisation des enfants de Harkis dans l’académie d’Aix, 28 août 1963 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 7 : lettre du préfet des Bouches-du-Rhône et IGAME de la Xe Région au ministère de l’Éducation nationale relative à la scolarisation des enfants de Harkis dans l’académie d’Aix, 28 août 1963 (Archives nationales, 1977074/3)

En Haute-Corse, lors de l’implantation en 1963 du hameau de forestage de Casamozza sur le territoire de la commune de Lucciana, les autorités s’engagent à fournir trois classes mobiles [Illustrations 8, 9, 12], mais le ministère de l’Éducation nationale n’en attribue qu’une seule l’année suivante [Illustration 10], bien qu’une deuxième soit jugée indispensable [Illustrations 11, 12]. Malgré l’appui du ministère de l’Intérieur [Illustration 12], la demande, renouvelée par le préfet en 1965 [Illustration 13], est refusée [Illustration 14].

Illustration 8 : extrait des délibérations du conseil municipal de Lucciana, 5 octobre 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 8 : extrait des délibérations du conseil municipal de Lucciana, 5 octobre 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 9 : lettre du préfet de la Corse au ministère de l’Éducation nationale relative à l’achat de classes préfabriquées pour les enfants de Harkis de Casamozza, 28 décembre 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 9 : lettre du préfet de la Corse au ministère de l’Éducation nationale relative à l’achat de classes préfabriquées pour les enfants de Harkis de Casamozza, 28 décembre 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 10 : attribution d’une classe mobile par le ministère de l’Éducation nationale à la commune de Lucciana pour le hameau de forestage de Casamozza, 22 mai 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 10 : attribution d’une classe mobile par le ministère de l’Éducation nationale à la commune de Lucciana pour le hameau de forestage de Casamozza, 22 mai 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 11 : lettre du préfet de la Corse au ministère de l’Éducation nationale relative à l’achat de classes préfabriquées pour les enfants de Harkis de Casamozza, 28 décembre 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 11 : lettre du préfet de la Corse au ministère de l’Éducation nationale relative à l’achat de classes préfabriquées pour les enfants de Harkis de Casamozza, 28 décembre 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 12 : lettre du ministre de l’Intérieur au ministre de l’Éducation nationale relative à la scolarisation d’enfants français musulmans à Casamozza, 8 décembre 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 12 : lettre du ministre de l’Intérieur au ministre de l’Éducation nationale relative à la scolarisation d’enfants français musulmans à Casamozza, 8 décembre 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 13 : lettre du préfet de la Corse au ministre de l’Éducation nationale relative à l’achat de classes préfabriquées pour les enfants de Harkis de Casamozza, 16 juin 1965 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 13 : lettre du préfet de la Corse au ministre de l’Éducation nationale relative à l’achat de classes préfabriquées pour les enfants de Harkis de Casamozza, 16 juin 1965 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 14 : lettre du ministre de l’Éducation nationale au préfet de Corse lui indiquant le refus de l’octroi d’une subvention pour l’octroi d’une classe mobile supplémentaire pour Casamozza, 13 septembre 1965 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 14 : lettre du ministre de l’Éducation nationale au préfet de Corse lui indiquant le refus de l’octroi d’une subvention pour l’octroi d’une classe mobile supplémentaire pour Casamozza, 13 septembre 1965 (Archives nationales, 1977074/3)

Ces difficultés sont dues au financement des classes mobiles, auquel doit être ajouté celui du logement du personnel enseignant et sa rémunération [Illustration 15].

En effet, si le ministère de l’Éducation nationale peut les subventionner intégralement grâce à des crédits spéciaux [Illustration 16], notamment dans le cas de 16 hameaux forestiers en 1964 [Illustrations 17, 18], les 7 5000 francs qu’il alloue la même année au ministère des Rapatriés [Illustration 17] ne sont pas suffisants [Illustration 19], comme les 10 000 francs accordés à Lucciana, qui, ayant déjà dépensé 30 000 francs pour l’installation d’une première classe, déclare ne pouvoir prendre en charge que les frais de montage de la deuxième [Illustration 8], malgré l’octroi possible de subventions préfectorales aux communes [Illustration 15].  

Illustration 15 : scolarisation des enfants de Harkis, état des besoins au 28 septembre 1963 établi par les services de la préfecture des Bouches-du-Rhône (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 15 : scolarisation des enfants de Harkis, état des besoins au 28 septembre 1963 établi par les services de la préfecture des Bouches-du-Rhône (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 16 : note du ministère de l’Éducation nationale relative aux classes mobiles pour la scolarisation des enfants de Harkis, 30 janvier 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 16 : note du ministère de l’Éducation nationale relative aux classes mobiles pour la scolarisation des enfants de Harkis, 30 janvier 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 17 : lettre du ministre des Rapatriés au ministre de l’Éducation nationale relative aux classes mobiles pour la scolarisation des enfants de Harkis, 23 juillet 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 17 : lettre du ministre des Rapatriés au ministre de l’Éducation nationale relative aux classes mobiles pour la scolarisation des enfants de Harkis, 23 juillet 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 18 : liste des salles de classe octroyées par le ministère de l’Éducation nationale au 23 juillet 1964 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 18 : liste des salles de classe octroyées par le ministère de l’Éducation nationale au 23 juillet 1964 (Archives nationales, 1977074/3)

Aussi les attributions de classes mobiles donnent-elles lieu à des négociations entre le ministère de l’Éducation nationale et celui des Rapatriés qui, devant l’urgence de la situation, en installe sur ses fonds propres [Illustration 19].

Contraint par l’épuisement de son budget [Illustration 16] le premier demande au second de lui établir une liste des cas prioritaires parmi ceux déjà signalés pour l’année 1964 [Illustration 17], au risque de ne pas assurer dans de bonnes conditions la scolarisation des nombreux autres élèves [Illustration 20].

Illustration 19 : lettre du ministère des Rapatriés au ministre de l’Éducation nationale relative aux classes mobiles pour la scolarisation des enfants de Harkis, 24 décembre 1963 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 19 : lettre du ministère des Rapatriés au ministre de l’Éducation nationale relative aux classes mobiles pour la scolarisation des enfants de Harkis, 24 décembre 1963 (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 20 : prévisions des effectifs scolaires pour l’année 1964 établies au 23 juillet 1964 par le ministère des Rapatriés (Archives nationales, 1977074/3)
Illustration 20 : prévisions des effectifs scolaires pour l’année 1964 établies au 23 juillet 1964 par le ministère des Rapatriés (Archives nationales, 1977074/3)

En savoir plus sur le service interministériel des Archives de France

Le Service interministériel des Archives de France (Ministère de la Culture) définit, coordonne et évalue l'action de l'État en matière d’archives (à l'exception de celles relevant des ministères des Armées, et de l'Europe et des Affaires étrangères), dans un réseau de près de 800 services d’archives publiques (Archives nationales, départementales, communales et régionales), en matière de collecte, de tri, de classement, de description, de conservation, de communication, de diffusion et de mise en valeur.

Portail France Archives sur les Harkis

Le portail interministériel France Archives offre un accès fédéré aux métadonnées archivistiques de près de 150 institutions tout en les valorisant, notamment grâce à des guides numériques de sources comme celui sur les Harkis.