Prochaine commission le 18 juillet - PV commission réparation du 20 juin - Françoise Dumas succède à Jean-Marie Bockel

Demande de pardon de la France

Au fil des années, les Présidents de la République ont reconnu les souffrances et l’abandon subis par les Harkis depuis la fin de la guerre d’Algérie jusqu’à la demande officielle de pardon de la France.

Vue officielle du Président de la République Emmanuel Macron, demandant pardon aux Harkis au nom de la République le 20 septembre 2021 à Paris
Emmanuel Macron, Président de la République, demande pardon aux Harkis au nom de la République le 20 septembre 2021 à Paris © Ghislain Mariette / Présidence de la République

Les Présidents de la République depuis Jacques Chirac ont, chacun à leur manière, évoqué le destin tragique des Harkis.

De la reconnaissance de la France…

Vue officielle du Président de la République Jacques Chirac posant dans les jardins de l'Elysée que l'on aperçoit en arrière-plan.
Jacques Chirac, Président de la République © La Documentation française / Photo Bettina Rheims

« Les Harkis ont perpétué leur mémoire, dans l’honneur et le dévouement. Notre hommage s’adresse aussi aux personnels civils, aux responsables administratifs et politiques, aux nombreux musulmans qui ont tant sacrifié à leur engagement au service de la République, au point d’y avoir parfois trouvé la mort. (…) Aux combattants, à ces hommes, à ces femmes, j’exprime la reconnaissance de la Nation. C’est pour la France une question de dignité et de fidélité. La République ne laissera pas l’injure raviver les douleurs du passé. Elle ne laissera pas l’abandon s’ajouter au sacrifice. Elle ne laissera pas l’oubli recouvrir la mort et la souffrance. »

Jacques Chirac, Président de la République, le 25 septembre 2001 aux Invalides

Vue officielle du Président de la République Nicolas Sarkozy posant aux côtés des drapeaux européen et français, devant une bibliothèque pleine de livres anciens.
Nicolas Sarkozy , Président de la République © La Documentation française / Photo Philippe Warrin

« L’Algérie était devenue indépendante au terme d’une guerre qui avait duré plus de huit ans. C’était le choix de l’Histoire, ce n’était pas le choix des Harkis. La France se devait de les protéger de l'Histoire.
Elle ne l'a pas fait.
Elle porte désormais cette responsabilité devant l'Histoire.
C'est cette responsabilité que je suis venu reconnaître, ici à Perpignan, au nom de la République Française. (…) La France doit, comme elle l'a toujours fait, regarder son Histoire en face et assumer les erreurs qu'elle a pu commettre.
En l'occurrence rien ne peut expliquer, ni encore moins excuser l'abandon de ceux qui avaient fait le choix de notre pays. »

Nicolas Sarkozy, Président de la République, le 14 avril 2012 à Perpignan

Vue officielle du Président de la République François Hollande dans les jardins de l'Elysée que l'on aperçoit en arrière-plan.
François Hollande, Président de la République © DILA-La Documentation française / Photo Raymond Depardon

« Je reconnais les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des Harkis, des massacres de ceux restés en Algérie, et des conditions d’accueil inhumaines des familles transférées (…) en France. Telle est la position de la France. »

François Hollande, Président de la République, le 25 septembre 2016 aux Invalides

« La reconnaissance de la responsabilité de la France est un acte symbolique, qui fait avancer la paix des mémoires, de toutes les mémoires de la guerre d’Algérie, de ces mémoires blessées. (…) Cette reconnaissance, celle que je viens de faire, c’est un acte de confiance de la France, pour la France. »

François Hollande, Président de la République, le 25 septembre 2016 aux Invalides

…à la demande de pardon.

Vue du buste du Président de la République, Emmanuel Macron, la main sur le cœur, demandant pardon aux Harkis au nom de la République le 20 septembre 2021 à Paris.
Emmanuel Macron, Président de la République, demande pardon aux Harkis au nom de la République le 20 septembre 2021 à Paris © Ghislain Mariette / Présidence de la République

« Entre l’hiver et le printemps 1962, la France (…) a tergiversé pour ouvrir ses portes aux Harkis avec un premier oui pour une poignée d’entre eux, une dizaine de milliers, puis un refus par peur d’infiltration terroriste d’un bord ou de l’autre, avec interdiction à quiconque de les aider. »

Vue du Président de la République Emmanuel Macron élevant le Général François Meyer à la dignité de Grand'croix de l'Ordre national du mérite, devant une représentation de la communauté Harkie.
Le Président Emmanuel Macron élève le Général François Meyer à la dignité de Grand'croix de l'Ordre national du mérite © Ghislain Mariette

Le général François Meyer
Le général de brigade aérienne François Meyer, 1933 - 2022, est un ancien membre du Haut conseil aux rapatriés.
Extrait du communiqué de l’Élysée : "Le 20 septembre 2021, Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, l'a élevé à la dignité de Grand'croix de l'Ordre national du mérite, à l'occasion d'une réception à l'Élysée consacrée aux Harkis au cours de laquelle il a demandé pardon pour le sort que la République leur avait réservé. Ce jour-là, il a donné en modèle à toute la Nation, un homme, un soldat qui a sauvé l’honneur, au cœur de ce qui était un drame français."

« Cet accueil ne fut pas digne et la moitié des Harkis rapatriés fut reléguée, parfois des années, dans des camps et des hameaux de forestage. »

Emmanuel Macron, Président de la République, le 20 septembre 2021 à Paris

Vue d'une partie des Harkis et de leurs familles présents à la cérémonie d’hommage du Président de la République demandant pardon au nom de la République, le 20 septembre 2021 à Paris.
Des Harkis présents à la cérémonie d’hommage du Président de la République demandant pardon au nom de la République, le 20 septembre 2021 à Paris © Ghislain Mariette / Présidence de la République

« Pour vous et pour vos familles, ce fut un abandon (…) de la République française. (…) La France leur a lâché la main et leur a tourné le dos. Face à ceux qui l’avaient loyalement servi, notre pays n’a été fidèle ni à son Histoire ni à ses valeurs.

C’est pourquoi aujourd’hui, au nom de la France, je dis aux Harkis et à leurs enfants, à voix haute et solennelle, que la République a alors contracté à leur égard une dette. Aux combattants, je veux dire notre reconnaissance. Nous n’oublierons pas. Aux combattants abandonnés, à leurs familles qui ont subi les camps, la prison, le déni, je demande pardon, nous n’oublierons pas.  »

Emmanuel Macron, Président de la République, le 20 septembre 2021 à Paris

Emmanuel Macron, Président de la République demande pardon aux Harkis au nom de la République française, le 20 septembre 2021 à Paris

Youtube - Réception consacrée à la mémoire des Harkis

Voir et télécharger la transcription et des photographies de la cérémonie.

Les Harkis

Thème suivant

Les autres thèmes

La Commission recueille la parole des Harkis,
déposez votre témoignage :

Vous êtes Harki ou descendant et souhaitez témoigner ? Déposez sonos, photos, vidéos, documents en remplissant le formulaire dédié : je dépose mon témoignage

POUR MÉMOIRE, les dossiers de réparation sont instruits par l'Office national des combattants et des victimes de guerre qui vous accompagne dans la constitution de votre dossier et toutes questions sur son suivi. Pour cela appelez le numéro vert 0801 907 901.

► IMPORTANT, la Commission nationale indépendante Harkis n'est pas compétente pour recevoir, étudier et suivre un dossier de demande de réparation. Elle ne pourra donc pas vous apporter une réponse liée à une demande de réparation.