Nouveau : création de sommaires Harkis et Commission - 2024-02-22 : 494 dossiers présentés ce jour en commission réparation - Expertises des sites - Participations prix

Vidéos de l’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense

Proposition de sélection

L’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD) a mis à disposition trois films tournés entre 1959 et 1962. Deux films composés de rushes montrent des Harkis et commandos en Algérie, alors qu’un troisième film monté illustre la vie des Harkis installés au camp Joffre en France après la guerre d’Algérie.

Le centre de formation de Harkis à Hammam Meskoutine

Résumé

Pendant une quarantaine de jours, les jeunes Harkis du Centre d'instruction d'Hammam Meskoutine sont formés au maniement des armes, au tir, aux exercices sur le terrain et suivent une instruction psychologique dispensée par le lieutenant Portet du 151e Régiment d'infanterie de motorisée (RIM), commandant du centre. Situé dans le secteur de Guelma et à 90 kilomètres au sud-ouest de Bône, le site d'Hammam Meskoutine est plus particulièrement connu pour ses sources chaudes. Lors d'une patrouille, les Harkis passent devant la station thermale au milieu des promeneurs venus admirer les bassins. 

Lors d'un exercice de tir, un Harki, posté derrière un fourré, s'initie au maniement de la mitrailleuse Browning 30 mm 1919 A6. Après une collation, distribuée en plein air sous un pâle soleil automnal, la harka quitte à nouveau le centre et repart en patrouille. De retour, les jeunes engagés algériens assistent à la traditionnelle montée des couleurs.

Description du film

  • Date de tournage : 23 octobre 1959
  • Lieux de tournage : Algérie, Région de Constantine, Hammam Meskoutine
  • Réalisateur : SCA/Algérie (service cinématographique de l'armée française en Algérie) 
  • Cadreur : Lucien Botras
  • Détenteur des droits d’exploitation : ECPAD
  • Origine/Service producteur : SCA/Algérie - Service cinématographique de l'armée française en Algérie

Le commando Georges

Résumé

Cet ensemble de rushes présente le commando Georges en action dans le secteur de Saïda. Composé de soldats d’origine algérienne, c’est l’un des trois commandos créés par le colonel Marcel Bigeard en 1959, pour lutter contre des bandes rebelles dans un secteur particulièrement difficile à cette époque. Scènes quotidiennes de la vie en opération, patrouilles dans le djebel et interrogatoires de suspects se combinent à des actions de ratissages soutenues par des moyens aériens.

Description du film

  • Date de tournage : du 18 au 29 avril 1960
  • Lieux de tournage : Algérie, Saïda, Geryville (El Bayah)
  • Réalisateur : SCA/Algérie - Service cinématographique de l'armée française en Algérie
  • Cadreur : Alain Darchy
  • Détenteur des droits d’exploitation : ECPAD 
  • Origine/Service producteur : SCA/Algérie (service cinématographique de l'armée française en Algérie)

1 : TC 00:02 : Travelling arrière sur une section du commando Georges qui marche au pas et qui rentre à la caserne du commando (une scène similaire est rejouée en plan rapproché).

2 : TC 00:53 : Gros plan sur le visage du chef de section.

3 : TC 00:59 : Plan fixe sur le fanion du commando qui porte la devise du commando "Chasser la misère", suivi d'un panoramique haut-bas sur le monument aux morts du commando sur lequel est inscrite la devise suivante : "Dieu qui connait nos cœurs sera fier de nous car nous aurons gagné la paix des braves".

4 : TC 01:12 : Trois membres du commando interrogent un suspect. Celui-ci est assis au sol contre un mur, les mains derrière le dos. Diverses vues de l'interrogatoire sont ensuite proposées (champ - contrechamp).

5 : TC 01:27 : Interrogatoire assez brutal d'un nomade ou d’un berger.

6 : TC 01:50 : Décollage d'un hélicoptère sur un terrain vague. Celui-ci fait un demi-tour dans le ciel et passe au-dessus de plusieurs hommes assis et encadrés par les membres du commando Georges. La caméra s'arrête sur une jeep dans laquelle est assoupi un homme. Un drapeau sur lequel est inscrite la devise du commando est également visible.

7 : TC 02:41 : L'hélicoptère repasse au-dessus des groupes de suspects arrêtés et encadrés par le commando Georges.

8 : TC 03:01 : Depuis le sol, vue d'un avion Piper en vol.

9 : TC 03:07 : Vue subjective, à l'intérieur d'un hélicoptère, un soldat tient un homme devant la porte d'embarquement.

10 : TC 03:09 : Au sol, au premier plan, un homme du commando Georges est en liaison radio. Au second plan, des soldats examinent le sol jonché de pierres.

11 : TC 03:12 : Progression des membres du commando Georges dans la campagne (divers plans).

12 : TC 03:36 : Interrogatoires de femmes et d'enfants croisés au cours de la progression.

13 : TC 03:48 : Un bousier pousse une boule de boue.

14 : TC 04:00 : Plan rapproché sur un commando qui observe les environs avec ses jumelles. Plan rapproché sur un commando en liaison radio.

15 : TC 04:16 : Progression des commandos dans le djebel (divers plans).

16 : TC 04:52 Gros plan en plongée sur une carte et une boussole. Deux commandos qui étudient la carte effectuent ensuite une liaison radio et une observation avec leurs jumelles. Gros plan sur la carte et la boussole. Un doigt posé sur la carte indique la position du groupe.

17 : TC 05:13 : Séries de gros plans sur des cadavres de combattants du FLN/ALN. Le premier cadavre est montré de face. Il a le visage tuméfié. Sa tête est maintenue par le pied gauche d'un commando. Le deuxième cadavre gît sur le dos. Il semble jeune. Le troisième cadavre est particulièrement mutilé. Un panoramique le présente de la tête aux pieds.

18 : TC 05:30 : Des membres du commando observent le corps d'un quatrième homme. Celui-ci semble gravement atteint mais respire toujours.

19 : TC 05:36 : Un hélicoptère Sikorsky vient se poser sur un petit sommet (il vient certainement récupérer des membres du commando, visibles à proximité immédiate du lieu d'atterrissage).

20 : TC 05:43 : Passage d'un Piper. Au sol, des commandos en liaison radio.

21 : TC 05:48 : Progression des commandos. Gros plans sur des traces de pas au sol.

22 : TC 06:00 : Gros plans sur une carte et une boussole.

23 : TC 06:20 : Progression des commandos.

24 : TC 07:01 : Deux commandos sondent et creusent le sol avec leurs poignards à la recherche d'une éventuelle cache.

25 : TC 07:05 : Passages d'un piper. Une vue prise depuis l'intérieur d'un appareil qui se pose.

26 : TC 07:53 : Passage devant la caméra d'une colonne de commandos déguisés en soldats du FLN/ALN. Certains s'amusent tandis que l'un d'entre eux distribue des coups de bâton à ses camarades.

27 : TC 08:43 : Vue du pilote d'un piper en liaison radio, assis derrière les commandes de son appareil. Il s'agit d'une mise en scène destinée à illustrer le pilotage et la liaison radio simultanée. En arrière-plan, le sol ne bouge pas, il s'agit de la caméra qui s'incline vers la droite pour donner l'illusion que l'appareil remonte dans le ciel.

Comment vivent les Harkis ? 

Résumé

Montage sonore non titré sur la vie des Harkis installés en France dans le camp Joffre, situé sur les communes de Rivesaltes et Salses (Pyrénées-Orientales) et dans le camp de Saint-Maurice-l'Ardoise dans le Gard. Rapatriés en métropole au terme de la guerre d'Algérie, ils sont en attente d'une solution d'hébergement. Le reportage présente les activités des Harkis et leur famille, les différentes installations des camps (dispensaire, enseignement scolaire et professionnel) et les services médico-sociaux qui leur sont proposés.

Description du film

  • Date de début : 01 janvier 1962
  • Année de réalisation : 1962
  • Lieux de tournage : Pyrénées-Orientales ; Rivesaltes ; Salses ; Gard ; Laudun-l'Ardoise 
  • Réalisateur : SCA - Service cinématographique des Armées 
  • Détenteur des droits d’exploitation : ECPAD 
  • Origine/Service producteur : SCA - Service cinématographique des Armées

Description des séquences :

- Vue aérienne du camp de Rivesaltes.

- Harkis sous une tente.

- Méchoui (filmé dans les deux camps).

- Venue d'un Père Noël distribuant des cadeaux et des friandises aux enfants (filmé à Rivesaltes le 5 janvier 1963).

- Services médicaux : au cabinet dentaire, un patient reçoit des soins ; une maternité (une mère alitée et son bébé dans une des chambres) ; une garderie ; un camion de radiologie (visite médicale pour plusieurs jeunes filles).

- Vie familiale dans un baraquement (une famille attablée à l'intérieur d'un baraquement pose devant des assiettes vides ; une mère et ses enfants dans une chambre servant le thé). Filmé à Rivesaltes et à Saint-Maurice-l'Ardoise.

- Statue du maréchal Joffre. Filmé à Rivesaltes.

- Groupe scolaire Maréchal Joffre (filmé à Rivesaltes) : classe dans bâtiments préfabriqués ; vue générale de l'école et de la cour de récréation. Enfants dans une salle de classe ; salle de classe avec des élèves adultes (vraisemblablement un cours de rattrapage scolaire).

- Formation sur les métaux au centre de préformation professionnelle avec encadrement militaire (hommes travaillant dans un atelier). Filmé à Rivesaltes.

- Chantier de construction des baraquements assuré par des militaires et des harkis : creusement de tranchées, maçonnerie, engin de terrassement de marque Callet (filmé au camp de Saint-Maurice-l'Ardoise).

- Enseignement ménager pour les femmes musulmanes (salle de couture et tricot du centre professionnel féminin). Filmé à Rivesaltes.

- En gare de Rivesaltes, familles en partance pour la Corse embarquant à bord d'un train.

En savoir plus sur l'Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD)

L’établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD), établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense, conserve au fort d’Ivry-sur-Seine de nombreux reportages photographiques et des films qui sont répartis majoritairement dans deux fonds :

  • Le fonds de la section d’Alger du Service cinématographique des armées, (SCA, ancêtre de l’ECPAD), qui fonctionna jusqu’au milieu des années 1960.
     
  • Le fonds de photographies provenant des archives du journal BLED qui était distribué aux appelés servant en Algérie, de 1956 à 1962. 

D’autres fonds moins volumineux issus de dons de particuliers ou d’acquisitions méritent d’être signalés, même s’ils sont beaucoup moins riches sur l’histoire des supplétifs.

Les images relatives aux Harkis sont ainsi présentes dans 104 films (productions et épreuves de tournage) et 183 reportages photographiques représentant environ 6300 images.

La description détaillée de ces fonds, disponibles en consultation à l’ECPAD ou en partie sur le site internet ImagesDéfense, peut être consultée ici : https://francearchives.fr/fr/article/421494382